Centralités métropolitaines : avant tout une « expérience sensorielle » ?